Archives mensuelles : décembre 2020

2. Le mode de scrutin

La démocratie, donc. C’est un vaste sujet qui m’ouvre bien des portes. Des portes qui mènent dans toutes les directions. Il me faut donc établir un cadre dans lequel je vais tâcher de me confiner. Pas complètement, je me garde quand même la liberté de m’offrir quelques escapades hors du cadre…

Ce cadre, c’est la démocratie telle que vécue au Québec. Il existe plusieurs visions de la démocratie selon les régions du monde, et au sein d’une même société. Je ne suis pas un expert, alors je ne me permettrai pas de commenter ce qui se passe ailleurs. Ou alors, si je le fais, ce sera avec moins de conviction. Quoique…

Le Québec, comme le Canada a adopté le mode de scrutin uninominal à un tour. Le résultat en est l’élection d’un gouvernement représentatif constitué de plusieurs partis politiques et parfois de représentants indépendants. Le parti qui a fait élire le plus grand nombre de députés devient le parti au pouvoir. Son chef devient premier ministre et a la responsabilité de nommer les membres de son équipe aux postes de ministres afin de gouverner l’état. Les autres partis forment l’opposition.

Voilà donc, en quelques lignes le portrait de notre gouvernement. C’est à suivre…

1. Enfin, je me lance

J’avais envie de réactiver mon carnet depuis longtemps. Mais je me butais à un problème de taille : mon manque de discipline.

Chaque semaine, je prenais la décision suivante : Chaque lundi, j’écrirai dorénavant un article sur un sujet de l’actualité.

Mais je laissais traîner les choses… Non que je ne trouvais rien à dire, au contraire, il en pleut des idées d’article dans les nouvelles, les revues ou ailleurs. Je suis capable d’avoir une opinion sur tout, ou presque. Est-ce que toutes mes opinions valent la peine d’être publiées? Certainement pas. Mais ça fait quand même plus de 40 ans que je m’informe, discute et réfléchis sur plusieurs sujets. Je crois sincèrement (en toute fausse modestie) que nombre de mes réflexions ont une certaine valeur et méritent d’être exposées.

Cette année, je me décide enfin. Reste à déterminer sur quel sujet je me permettrai d’écrire. Mon premier réflexe a été de me laisser inspirer par l’actualité. Écrire sur ce que j’entends et vois. Mes réflexions personnelles ou mes réactions aux réflexions ou commentaires des autres; mes coups de coeur et mes indignations. Le résultat aurait été une mosaïque d’idées disparates, classées par catégorie, que j’aurais entretenue aussi longtemps que j’aurais la capacité de réfléchir.

L’idée n’est pas mauvaise, mais contient une lacune importante à mes yeux. Quelle que soit la qualité de mes articles, je risque de m’en tenir à un niveau superficiel de réflexion, à cause du rythme des parutions d’abord, des limites de mes connaissances générales ensuite.

Je voudrais prendre le temps d’approfondir mes sujets, faire des recherches, consulter des experts. Il m’est facile d’émettre une opinion, encore faut-il, selon moi, que cette opinion repose sur des fondements solides. J’aimerais être en mesure de défendre mes idées avec des arguments bien réfléchis.

L’idée m’est donc venue de mettre l’accent sur un sujet principal que je connais bien et que je peux développer longtemps. Il me suffit de choisir parmi les champs d’intérêt qui m’inspirent le plus :

  • La famille;
  • L’éducation;
  • La politique;
  • Les arts (en général, mais particulièrement la littérature).

C’est quand même un choix difficile. Je serais malheureux de ne pas parler de la famille simplement parce que j’ai choisi l’éducation ou la politique, par exemple. J’ai donc cherché un sujet qui me permettrait de parler de tout cela, selon l’orientation à donner à mes articles.

La démocratie s’est alors imposée. De toute évidence, la démocratie me permet de discuter de politique, mais aussi d’éducation. De plus, on ne peut pas parler de démocratie sans faire référence aux artistes et aux traitements que l’on fait subir à l’art à travers le monde. Et enfin, la vision que nous avons tous de la démocratie prend ses racines dans la famille, qu’on le veuille ou non.

Voilà donc la genèse de mon carnet d’opinion et de réflexion. Et comme je l’ai déjà mentionné, chaque semaine j’écrirai dorénavant un article dans mon carnet sur la démocratie.